Rentrée scolaire 2020-2021

L’école de musique de la Lyre decazevilloise fait sa rentrée. Cette reprise se déroule bien évidemment avec un protocole sanitaire permettant d’accueillir tous les élèves dans un cadre serein, propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective.

Véritable institution locale depuis 1900, la Lyre propose un enseignement tourné vers les instruments à vent (flûte traversière, clarinette, saxophone, trompette, trombone et tuba) mais aussi à percussion (batterie, timbales, xylophone…), autour de l’orchestre d’harmonie.

Le goût de la musique se développe dès le plus jeune âge ! Aussi la Lyre decazevilloise accueille les enfants dès l’âge de 3 ans. Son équipe éducative se compose de professeurs qualifiés et enthousiastes. Les enseignements dispensés s’articulent autour d’une progression établie nationalement par la Confédération Musicale de France, avec une pédagogie moderne et ludique.

Débutant ou confirmé, enfant ou adulte, l’école de musique de la Lyre saura vous accueillir dans un esprit associatif et convivial, mais aussi à l’écoute de chacun.

La pratique en orchestre est l’identité de la Lyre depuis 120 ans. Elle permet de progresser et surtout de vivre des moments de rencontre et d’échange à travers une activité gratifiante.

Aidée par « Decazeville-communauté », l’école de musique propose des tarifs attractifs sans jamais sacrifier à la qualité des contenus éducatifs. Grâce à l’action de mécénat, un dispositif de « musique solidaire » accompagne aussi l’accessibilité du plus grand nombre à l’enseignement artistique.

Des permanences pour les inscriptions sont programmées :

  • les mardis 8 et 15 septembre de 18h00 à 19h30 ;
  • les mercredis 9 et 16 septembre de 13h30 à 15h00 ;
  • puis les samedis 12 et 19 septembre de 10h30 12h00.

Rendez-vous dans les locaux de l’association à Decazeville au 78 esplanade Jean-Jaurès, face au jardin public et son kiosque à musique. Renseignements au 06.89.07.76.37 ou contact@lyredecazevilloise.fr

TÉLÉCHARGER NOTRE DOCUMENTATION DE RENTRÉE

,

Noël en musique avec la Lyre decazevilloise

Dans le cadre du marché de Noël organisé par la ville, la Lyre decazevilloise et son école de musique viennent de proposer un concert en l’espace Yves-Roques dont l’acoustique est très appréciée. Un public de mélomanes réuni en tribune s’est déplacé lors de l’après-midi du dimanche 15 décembre 2019, profitant d’un récital de qualité donné dans le confort douillet de cette salle de spectacles.

Un public de mélomanes occupe la tribune de la salle Yves-Roques.

Susciter des vocations

Après un propos préliminaire du président Laurent Tarayre, les grands élèves de l’école de musique se sont succédé sur scène. Ensembles de saxophones, clarinettes et flûtes traversières ont animé le début de concert sous la conduite de plusieurs professeurs de l’école de musique, des enseignants diplômés et qualifiés qui montrent le travail ainsi réalisé dans leur classe d’instrument. Ces auditions sont aussi l’occasion de promouvoir les instruments parfois méconnus qui composent l’orchestre d’harmonie et de susciter pourquoi pas de nouvelles vocations. N’oublions pas de citer la classe d’orchestre de l’école de musique, cet ensemble pédagogique destiné à former les futurs musiciens de la Lyre decazevilloise, qui a fait une prestation remarquée sous la direction de Charlotte Lewis et Alix Tarayre.

Alix Tarayre met ses compétences au service de l’orchestre d’harmonie.

La Lyre aimerait recruter davantage

Rappelons que la Lyre decazevilloise cherche à recruter davantage pour son orchestre d’harmonie dans les instruments à vent et percussion. Elle lance aussi un appel à ses anciens sociétaires installés sur le territoire qui pourraient lui apporter une précieuse contribution. En outre, l’orchestre porte l’ambition de s’ouvrir plus largement aux musiciens pratiquant piano, guitare électrique et guitare basse afin de constituer une section rythmique qui permettrait d’aborder de nouveaux répertoires. On se souvient aussi à ses débuts et durant presque un quart de siècle, que la Lyre decazevilloise a été constituée de cordes tels le violon et le violoncelle. Héritière de la longue tradition musicale des cités minières, la Lyre est attachée à la convivialité et à l’idée d’une culture à la portée de tous dans un répertoire qui évolue avec son temps mais dont l’exigence musicale est le fil conducteur.

Les sociétaires font vivre avec passion, un héritage de 120 ans de musique à la Lyre decazevilloise.

120 ans de musique

La musique d’harmonie est présente depuis la fin du 19ème siècle sur le bassin minier, à l’image des nombreuses sociétés musicales qui étaient en activité comme l’harmonie des mines de Cransac, l’harmonie aubinoise ou encore celle de Viviez-Penchot. L’orchestre de la Lyre, dernière formation d’harmonie du territoire et qui fêtera en 2020 son 120ème anniversaire, a assuré un récital en seconde partie de concert. Le chef de musique Didier Martinat a proposé un programme d’une belle tenue interprété dignement par la vingtaine de sociétaires. Le public de mélomanes, parmi lesquels le maestro italien Claudio Tabone venu dans le cadre d’une délégation italienne au marché de Noël de Decazeville, a pu apprécier notamment l’interprétation de « La mort d’Ase d’après Peer Gynt » de E. Grieg, « Amazing grace » (Negro spiritual) ou encore « La marche pontificale » de Ch. Gounod, sans oublier les cantiques et chants de Noël de circonstance. Ne doutons pas que la Lyre decazevilloise ne tardera pas trop à se faire de nouveau applaudir en sa ville.

NOS VIDÉOS

,

La résidence Tinel fête Noël avec la Lyre decazevilloise

Dans le cadre des festivités de Noël à Decazeville et sous l’égide de la municipalité représentée par Marie-Hélène Murat-Guiance en charge des affaires sociales, la Lyre decazevilloise a proposé un récital aux résidents de l’EHPAD Tinel. Rappelons que cet établissement qui est situé dans le quartier de Trépalou et attenant au centre hospitalier accueille des personnes âgées dépendantes. Ce temps musical organisé le dimanche 15 décembre 2019 en matinée marquait un moment fort de solidarité entre la Lyre et les aînés de la ville, et c’est peu dire que la venue de l’orchestre d’harmonie était très attendue.

La Lyre propose un récital pour les résidents de Tinel.

Les résidents et leur famille ont apprécié la quinzaine de musiciens sous la conduite du chef de musique Didier Martinat qui a proposé tambour battant, un répertoire de circonstance composé d’œuvres classiques, d’airs traditionnels et bien sûr de chants de Noël. La représentation a été ponctuée par une collation offerte à tous, et avant de rejoindre la salle de spectacles Yves-Roques pour la suite des festivités, la Lyre decazevilloise a souhaité de joyeuses fêtes à l’ensemble des résidents et leur famille, mais aussi au personnel dévoué de cet établissement.

NOTRE ALBUM PHOTOS

NOTRE VIDÉO

Stage de direction d’orchestre 2019

L’association Aveyron culture, mission départementale est un acteur majeur dans le développement de la pratique musicale en amateur sur le département. Son référent musique Mikaël Chamayou, fin connaisseur du milieu de l’orchestre d’harmonie vient d’organiser un stage de direction d’orchestre à Marcillac-Vallon afin de répondre aux besoins exprimées par les sociétés musicales aveyronnaises. Durant deux jours et demi, l’école de musique de la Lyre decazevilloise a envoyé Alix Tarayre, l’une de ses grandes élèves souhaitant s’initier à cette fonction de chef d’orchestre, lors de journées alternant travail théorique sur table et pratique d’orchestre avec la bienveillance et le concours des musiciens de l’harmonie de Marcillac-Vallon.

Le chef d’orchestre

Si à l’origine les orchestres ne nécessitaient pas de chef, la complexité croissante des œuvres et l’élargissement de l’orchestre à partir du 19ème siècle, ont rendu le chef d’orchestre indispensable. La fonction de chef d’orchestre implique de nombreuses compétences avec un solide bagage musical, dont des connaissances en écriture, harmonie, orchestration et en analyse musicale. À la personnalité et au charisme s’ajoutent des compétences d’organisation et de gestion pour fédérer, communiquer et travailler avec ces musiciens. Il gère les choix artistiques de l’orchestre, infléchit et s’implique de plus en plus dans son devenir, sa politique de diffusion, son engagement auprès du public, l’invention de programmes de formes nouvelles ou innovantes. Le chef d’orchestre est un véritable médiateur de la musique, un intermédiaire entre les répertoires, l’orchestre et le public.

L’harmonie de Marcillac-Vallon prête son concours à ce stage de direction.

Un formateur de qualité

Jérôme Lézian est un tromboniste issu de la classe de Dominique Dehu au conservatoire de Montauban et il pratique en parallèle dans le domaine de l’orchestre d’harmonie. Ses études musicales en trombone se poursuivent au conservatoire de Toulouse dans la classe de Daniel Lassalle et David Locqueneux, puis au conservatoire de Lyon dans la classe de Jean-Noël Gamet. Titulaire d’une licence en musicologie ainsi que d’un diplôme d’état de professeur de trombone, il s’oriente vers la direction d’orchestre en développant ses aptitudes auprès de l’orchestre départemental d’harmonie du Tarn-et-Garonne, mais aussi en intégrant la classe de direction d’orchestre du conservatoire de Toulouse de Stéphane Cardon et Jean-Guy Olive. Il est actuellement professeur de trombone et tuba à l’école municipale de musique de Castelsarrasin.

Jérôme Lézian transmet avec passion et talent l’art de la direction d’orchestre.

La direction musicale à la Lyre

Pour l’essentiel de ses 120 ans d’histoire, la direction musicale de la Lyre decazevilloise est une affaire de personnes qualifiées, le plus souvent musicien de carrière. Cette fonction qui s’appelle « chef de musique » dans le milieu de l’orchestre d’harmonie, requiert tout comme dans son équivalent symphonique, un ensemble de compétences techniques, des qualités artistiques mais aussi des aptitudes en gestion de groupe. On peut préciser que le premier chef de métier appelé à la direction de la Lyre est M. Gabriel Lefebvre entre 1906 et 1919, violoniste de formation qui étoffera la Lyre decazevilloise d’un orchestre symphonique. Notons aussi que la plus longue titulature de chef de musique revient à ce jour à M. Raymond Robin, clarinettiste et ancien sous-chef de musique militaire, avec 37 ans de direction à la Lyre decazevilloise entre 1946 et 1983.

Alix Tarayre se forme en direction d’orchestre avec les conseils de Jérôme Lézian.

Un stage soutenu

Ce stage offre un travail complet sur le développement des principaux éléments nécessaires pour diriger un ensemble instrumental. Cette formation répond à de nombreuses et diverses demandes, ainsi que ce soit pour diriger ou pour apprendre à faire travailler : un orchestre d’élèves (formation junior, orchestre de fins de cycles..), une classe d’instrument (des ensembles instrumentaux pour des auditions, des concerts), de musique de chambre, un orchestre d’harmonie, un orchestre symphonique, un chœur, une maîtrise, une classe de formation musicale, etc. Les contenus s’articulent autour de différentes thématiques comme la gestique, la pédagogie, l’analyse, l’harmonie et l’orchestration. Plus largement, ce stage contribue au développement personnel en améliorant sa connaissance de soi, sa communication, son charisme, sa compréhension des autres, mais aussi la gestion de la dynamique humaine, des émotions et de la sensibilité artistique nécessaires à l’interprétation d’une œuvre musicale.

NOTRE ALBUM PHOTOS

NOTRE VIDÉO

Tous en rythme à la Lyre decazevilloise

Un stage de percussions vient de se dérouler dernièrement dans les locaux de la Lyre decazevilloise, le samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre 2019. L’occasion était donnée de rassembler autour du musicien professionnel Sébastien Gisbert une douzaine de percussionnistes débutants mais aussi plus aguerris, venus de l’ensemble du département et parfois au-delà.

Aveyron culture, acteur départemental

Ce projet musical et pédagogique est à l’initiative de Mikaël Chamayou, animateur musique auprès de Aveyron culture, mission départementale. Cette association présidée par Jean-François Galliard, est dédiée au développement de la culture sous toutes ses formes en Aveyron. Elle y participe en intervenant directement sur des opérations touchant les domaines des arts visuels, du spectacle occitan, du théâtre, de la musique, de la danse, de la voix, de la formation et du patrimoine. Cinq dispositifs accompagnent les collectivités et les acteurs culturels aveyronnais dans l’élaboration de leurs projets : “Éducation artistique et culturelle”, “Ingénierie culturelle territoriale”, “Pratiques amateurs et professionnelles”, “Culture et lien social” et “Culture et patrimoine”. Enfin, centre de ressources ouvert au plus grand nombre, elle apporte également son appui technique, logistique et artistique à ses partenaires locaux, en participant ainsi à l’attractivité du territoire.

Aveyron culture, mission départementale est le porteur de projet d’un stage d’une grande qualité.

Sébastien Gisbert, le rythme dans la peau

Né en 1987, Sébastien Gisbert est lauréat d’un premier prix au Conservatoire à Rayonnement Régional de Toulouse (CNRT), dans la classe de percussions de Michel Ventula, avant d’obtenir le Diplôme National Supérieur Professionnel de Musique (DNSPM) à l’Institut Supérieur des Arts de Toulouse. Parallèlement à ce brillant parcours, sa curiosité et son éclectisme le poussent à voyager, à rencontrer des artistes du monde entier et à découvrir une multitude de percussions ethniques (cubaines, africaines, indiennes…) qu’il intègre immédiatement dans son jeu. Au fil des projets, il intègre de très nombreuses formations dont l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, le Toulouse Wind Orchestra, les Saqueboutiers de Toulouse, l’Orchestre Symphonique Tunisien parmi les plus prestigieuses. Aujourd’hui musicien indépendant, il est également professeur de percussions en l’école de musique sur Toulouse et il intervient lors de «Master class» dans des conservatoires, des écoles de musique ou encore des festivals. En juillet 2019, il fonde et assure la direction de la première académie de Percussions de France « Percu’Sud » avant de créer cette même année, sa propre compagnie musicale « Écoute ton Bruit ».

Sébastien Gisbert fait vivre avec talent l’art de la percussion.

Programme de haute tenue

Ce ne sont pas moins de 10h00 de formation en deux jours, qui ont été proposées aux stagiaires, ce qui correspond à l’équivalent de deux trimestres de cours en école de musique ! Les contenus ont permis d’aborder le perfectionnement instrumental, le travail d’interprétation du répertoire pour percussions, la musique de chambre (petits ensembles : duo, trio, quatuor) mais aussi en plus grand ensemble sans oublier l’initiation à l’improvisation et à la pratique des percussions corporelles. Ces différents apprentissages ont fait l’objet d’une restitution publique dans les locaux de la Lyre, le dimanche en fin d’après-midi. L’assistance a chaleureusement remercié l’intervenant Sébastien Gisbert, qui a mené un travail d’une très grande qualité tant sur le plan musical, que dans ses dimensions humaines très appréciées.

Les stagiaires sont réunis en ensemble de percussions.

Classe de percussions à Decazeville

L’école de musique de la Lyre decazevilloise est l’un des rares établissements de droit privé sur le département à disposer d’une classe de percussions. La particularité de la percussion d’orchestre, c’est le nombre important de pratiques instrumentales différentes. L’école de musique de la Lyre forme des musiciens polyvalents qui sont capables de jouer aussi bien de la caisse claire, des timbales d’orchestre, des claviers (vibraphone, xylophone, marimba) mais aussi de la batterie (rock, jazz). Cette formation complète vise aussi à élargir l’offre éducative sur le territoire, là où l’essentiel des élèves ne peuvent parfois s’orienter que vers la batterie. C’est aussi une façon d’intégrer ces musiciens à une pratique d’orchestre d’harmonie au sein d’un vaste pupitre, là où il ne peut y avoir généralement qu’un seul batteur en même temps dans d’autres types de formations. A la Lyre, chaque élève à accès à un vaste parc d’instruments avec des cours dispensés par Rémi Hochart, premier prix de percussions en conservatoire, un enseignant talentueux qui vient spécialement de Brive toutes les semaines.

Rémi Hochart est titulaire de la classe de percussions à la Lyre decazevilloise.

NOTRE ALBUM PHOTOS

NOS VIDÉOS

Fête de la Sainte Cécile 2019

Les sociétaires et amis de la Lyre decazevilloise se sont retrouvés le dimanche 24 novembre 2019 pour célébrer Sainte Cécile qui est la patronne de la musique, des musiciens, des compositeurs, des luthiers, des chanteurs et des poètes. D’une façon traditionnelle, la Lyre a accompagné de sa musique l’office religieux dominical conduit par Pierre Demierre, curé de la paroisse Saint Éloi du Bassin.

La Lyre accompagne l’office religieux en l’église ND de Decazeville.

Pour l’orchestre, ce moment en l’église Notre-Dame de Decazeville a permis d’évoquer le souvenir de Cécile de Rome qui allant au martyre, entendit la musique de Dieu et se mit à interpréter des chants mélodieux. La Lyre a aussi eut une pensée pour tous ses musiciens, à la fois les vétérans disparus M. Vivas et M. Madrid, les anciens sociétaires qui poursuivent aujourd’hui leur parcours musical dans d’autres structures, mais aussi les membres actuels qui s’engagent au quotidien dans les différents rendez-vous de l’association. Au programme de l’office, le chef de musique Didier Martinat a proposé « L’enfant au tambour », « La marche des soldats de Robert Bruce », « La mort d’Ase d’après Peer Gynt » ainsi qu’un air celtique, tandis que les intermèdes musicaux, cantiques et psaumes étaient assurés sur l’orgue Cavaillé-Coll.

Les sociétaires et amis de la Lyre sont réunis lors du banquet.

A l’issue de la messe, c’est un moment plus privé et convivial qui a été partagé entre les musiciens et leurs proches. Grâce au numérique, cette convivialité s’est exportée outre-Atlantique, afin que la famille de la Lyre puisse souhaiter à sa sociétaire Lucile Maurel, qui passe son année scolaire aux États-Unis, un joyeux anniversaire pour ses 18 ans. C’était aussi l’occasion pour le président de la Lyre, Laurent Tarayre, de remercier plus largement les sociétaires pour leur engagement tout en renouvellement l’appel à recruter davantage de musiciens pour assurer le devenir de l’orchestre d’harmonie. Une réflexion est aussi amorcée concernant le 120ème anniversaire de la Lyre decazevilloise en 2020, qu’il conviendrait de marquer au travers d’un ou plusieurs évènements d’envergure restant à définir. Prochainement, la Lyre decazevilloise et son école de musique donnera un concert en l’espace Yves-Roques, le dimanche 15 décembre 2019 à 14h30 dans le cadre du marché de Noël de Decazeville.

La Lyre souhaite un joyeux anniversaire outre-Atlantique à Lucile Maurel pour ses 18 ans.

NOTRE ALBUM PHOTOS

Fête de Saint-Parthem 2019

Une fois encore, la Lyre decazevilloise renouvelle sa participation à la fête d’antan de Saint-Parthem à l’invitation du comité des fêtes. Les festivités du dimanche 17 novembre 2019 ont débuté par un déjeuner aux tripoux et chèvre en civet, en prélude de la messe accompagnée par l’orchestre d’harmonie de la Lyre. L’office religieux s’est déroulé en l’église paroissiale où repose les reliques de Saint-Parthem ou Arthème, évêque de Clermont, mort en odeur de sainteté en 394.

La Lyre accompagne en musique l’office religieux.

Par la suite, la cérémonie au monument aux morts, présidée par le maire Jean-Michel Reynes, a constitué un moment fort durant lequel la Lyre decazevilloise a exécuté les sonneries d’usage avant l’interprétation de la Marseillaise. La matinée a été ponctuée par un vin d’honneur en musique animé par la Lyre avant que soit venu le temps de la « fournial », cuisson et vente de pain, tartes et pompe à huile, mais aussi la « grélada », fameuse grillée de châtaignes accompagnée de cidre et vin nouveau. En point d’orgue du dimanche, n’oublions pas de citer le grand bal donné par l’orchestre Didier Malvezin qui s’est déroulé sous les meilleurs hospices.

L’animation musicale du vin d’honneur est assurée par l’orchestre d’harmonie.

NOTRE ALBUM PHOTOS

NOTRE VIDÉO

Hommage du 11 novembre avec la Lyre decazevilloise

Le 11 novembre 1918 à 5h45 du matin, l’armistice signé prévoit la suspension des hostilités le même jour à 11h00. Cette suspension provisoire d’une durée de 36 jours est reconduite à plusieurs reprises et ce n’est qu’au moment de la signature des traités de paix à Versailles, le 28 juin 1919, que la sortie de guerre est actée.

Pierre Sellier, clairon de l’Armistice

Le clairon, chargé de la transmission des ordres militaires lorsqu’on ne disposait pas de moyens sophistiqués pour se faire entendre sur de grandes distances, est un combattant qui se trouve souvent en première ligne et possède un statut militaire, contrairement aux musiciens. Incorporé le 8 octobre 1913 au 172ème RI à Belfort, Pierre Sellier ne devient clairon que le 3 février 1915. C’est ce régiment, qui le 7 novembre 1918, est en première ligne lorsque les plénipotentiaires allemands traversent les lignes françaises pour négocier les conditions de leur reddition. Le caporal-clairon Sellier est désigné pour accompagner le cortège jusqu’à La Capelle dans l’Aisne. Le capitaine Lhuillier en charge du secteur, lui demande de sonner avec ce clairon pour la première fois le « cessez-le-feu » qui ne durera que jusqu’à minuit. Tout au long du trajet, il enchaînera d’autres refrains militaires debout sur le marchepied de la voiture afin de ne pas exposer la délégation allemande aux tirs de l’armée française.

Pierre Sellier sonne le premier « cessez-le-feu » en France le 7 novembre 1918.

Commémorations à Decazeville

Comme à l’habitude, différentes cérémonies se sont déroulées au fil de la matinée à Decazeville et Firmi, accompagnées par la Lyre decazevilloise. C’est au cimetière de Miramont à Decazeville que commence le parcours mémoriel lors d’une cérémonie au carré militaire présidée par le maire François Marty. Au cœur du cimetière où repose plusieurs combattants de la commune, le service d’honneur est assuré par l’orchestre d’harmonie. La cérémonie decazevilloise proprement dite débute un peu plus tard devant la plaque du 10 août 1944, devant la plaque commémorative des combats qui ont eu lieu à Decazeville et dans sa région entre les groupes de résistants et les troupes d’occupation. Ce temps est l’occasion lors du dépôt de gerbes d’entendre le « chant des partisans » interprété par la Lyre decazevilloise.

François Marty, maire de Decazeville, préside l’hommage aux Résistants.

Le cortège se rend ensuite aux monuments aux morts, place Wilson, à l’occasion d’un défilé en musique au son de la « marche des africains ». Cette troisième cérémonie decazevilloise introduit le message de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées. François Marty dépose une gerbe, accompagné pour l’occasion par une jeune élève de la ville. Auparavant, des collégiens de « Paul-Ramadier » ont lu des lettres fort émouvantes de poilus, racontant leur quotidien sur le front. Les sonneries d’usage ont été exécutées par La Lyre decazevilloise et la Marseillaise chantée par les enfants des écoles Jean-Macé et Sainte-Foy.

Le dépôt de gerbe à Decazeville par le maire François Marty accompagné par une élève de la ville.

Cérémonie à Firmi

En fin de matinée, la Lyre decazevilloise rejoint Firmi où se déroule la cérémonie officielle présidée par le maire Jean-Pierre Ladrech. Les musiciens scandent les sonneries d’ordonnance de circonstance avant le dépôt de gerbe et la lecture du message national du 11 novembre. Pour la Marseillaise, les enfants des écoles qui participent à la cérémonie sont invités à chanter l’hymne national accompagné par la Lyre. En clôture des commémorations, la municipalité invite l’assistance à un vin d’honneur donné en musique.

Les enfants des écoles de Firmi participent à la cérémonie avec la Lyre decazevilloise.

NOTRE ALBUM PHOTOS

NOTRE VIDÉO

Concert du Téléthon 2019

La sixième édition du concert du Téléthon à Decazeville s’est déroulée le 10 novembre dernier sous les meilleurs hospices à la salle du Laminoir. Ce rendez-vous caritatif et musical est organisé sous l’égide de l’association « Espoir et vie », et dans un bref propos préliminaire, son président Jean-Claude Garcia a tenu à remercier les associations et collectivités partenaires de ce concert sans oublier le public fidèle qui a répondu présent. Il rappelle aussi les origines de ce rendez-vous musical sur le territoire, où il coordonnait déjà les deux premières éditions en 2002 et 2003, lors d’une soirée de gala de la Lyre decazevilloise à l’aire couverte de Viviez puis à l’espace Yves-Roques nouvellement mis en service.

Performance musicale

Au fil de l’après-midi, ce ne sont pas moins de trois heures et demi de spectacle, avec un court entracte, qui ont permis au public de se délecter autour d’un programme musical haut en couleurs. En ouverture, c’est l’école Hello musique qui a montré tout son talent dans son registre de musiques actuelles et amplifiées. L’occasion était donnée de découvrir l’ensemble rock de cette école avec ses sonorités métal et grunge avant de passer à l’audition des classes de piano et d’accordéon où les jeunes élèves et leurs professeurs ont été très applaudis. Par la suite, la musique vocale s’est exprimée dans toutes ses dimensions au travers de la chorale viviézoise, chorale Fasila chanter et chorale en Sol mineur. Ces trois ensembles ont proposé tour à tour un récital d’une grande tenue, avec des œuvres monodiques et polyphoniques, a cappella ou accompagnées, issues des répertoires classiques, religieux, folkloriques mais aussi de la variété. Le public insatiable invitait chaque formation à prolonger leur passage et les rappels furent nombreux. Après un rapide changement de plateau, c’était déjà le moment de retrouver l’harmonie de la Lyre decazevilloise où les interprétations de la « Mort d’Ase » d’après Peer Gynt, musique de scène op. 23 de Edvard Grieg, mais aussi du tube de l’été 2015 « Sofia » de Alvaro Soler ont été particulièrement appréciées.

La Lyre decazevilloise a proposé un récital lors du concert 2019 du Téléthon.

Bouquet final

Le concert du Téléthon est aussi un moment d’échange et de partage entre les différents acteurs musicaux. C’est dans un grand final que se sont retrouvés les musiciens de l’harmonie et les choristes, lors d’un programme répété en amont dans les locaux de la Lyre sous la baguette de François Mailhé. Une fois encore, le succès est au rendez-vous lors de l’interprétation de « L’enfant au tambour », célèbre chanson popularisée en 1968 par Nana Mouskouri et des « Copains d’abord » de Georges Brassens, grand standard de la chanson française de 1964 repris en chœur par le public. D’ores-et-déjà une édition 2020 pourrait porter l’ambition de développer davantage un répertoire commun, associant les musiciens de l’harmonie et les chorales avec des instruments amplifiés de l’école Hello musique comme la guitare électrique, la basse électrique, le piano ou l’accordéon entre autres. Cette idée qui fait son chemin auprès de certains choristes, pourrait permettre d’aborder en grand orchestre avec chanteurs, des répertoires différents comme le jazz, le rock, la musique latine ou la comédie musicale mais aussi selon les envies d’interpréter des chansons françaises et internationales parmi les titres les plus actuels. Cette initiative musicale de territoire si elle devait voir le jour reste néanmoins à construire et à coordonner entre les différentes associations partenaires.

François Mailhé dirige le bouquet final avec les chorales et l’orchestre d’harmonie.

NOTRE ALBUM PHOTOS

EXTRAIT DE CONCERT : L’ENFANT AU TAMBOUR

Remise des diplômes 2019

La remise des diplômes de l’école de musique de la Lyre decazevilloise (session de juin 2019) s’est tenue le samedi 9 novembre 2019 dans les locaux de l’association. Cette cérémonie présidée par François Marty, mairie de Decazeville, s’est déroulée devant les lauréats en présence des familles et de certains sociétaires de la Lyre. Lors de son allocution, le maire a souligné les liens inébranlables qui unissent la ville à la Lyre depuis sa création en 1900, car en effet, cette vénérable institution fêtera dans quelques semaines le 120ème anniversaire de son orchestre d’harmonie.

La classe d’orchestre a proposé un petit récital à l’assistance.

Rénovation des locaux

D’ores-et-déjà, les locaux situés esplanade Jean-Jaurès bénéficient à l’initiative de la municipalité, d’importants travaux qui visent à améliorer le cadre de vie, l’isolation mais aussi la sécurité et une première tranche concernant les menuiseries vient d’être livrée à la Toussaint. Les responsables de l’école de musique se félicitent aussi de la prochaine réalisation d’une nouvelle salle de musique à la Lyre dont la main d’œuvre sera assurée en régie par les services techniques et l’achat des mobiliers et équipements en fonds propres sur le budget de l’école de musique. Ce nouvel ensemble pourrait être mis en service d’ici au printemps afin de pouvoir bénéficier au plus tôt aux 51 élèves fréquentant l’école de la Lyre.

François Marty, maire de Decazeville, préside la cérémonie de remise des diplômes.

Enseignement de qualité

Le président de la Lyre decazevilloise, Laurent Tarayre, a de son côté salué le travail des professeurs de l’école de musique, une jeune équipe motivée, compétente et diplômée des grands conservatoires qui n’hésite pas à faire jusqu’à 2h30 de route pour venir enseigner à Decazeville, tout en proposant des projets éducatifs de qualité. Prochainement l’ensemble de clarinettes de la Lyre, brillamment animé par Isabelle Dupré il y a quelques temps encore, va reprendre du service avec la nouvelle enseignante Laure Nacry. L’éveil musical de la Lyre, ouvert dès l’âge de 3 ans, déjà remis au goût du jour en septembre dernier va s’élargir dans les prochains jours à d’autres pratiques musicales, vocales et instrumentales sur proposition de l’enseignante Pauline Martin. N’oublions pas la classe de percussions d’orchestre, la seule du département hors conservatoire départemental, qui propose un enseignement autour d’une dizaine d’instruments. Cette discipline sera mise à l’honneur fin novembre à la Lyre, dans le cadre d’un stage animé par Sébastien Gisbert (percussionniste international) et organisé en partenariat avec Aveyron Culture – Mission départementale.

Les lauréats et leurs familles sont réunis autour de François Marty, maire de Decazeville, et Laurent Tarayre, président de la Lyre decazevilloise.

Examens à l’école de musique

Les examens fédéraux permettent de rendre compte à tout un chacun, des activités menées avec sérieux dans cet établissement. Chaque élève peut ainsi faire le point sur ses apprentissages en contrôle continu ou en examen bilan par l’intermédiaire d’un jury composé de personnalités qualifiées. L’école de musique de la Lyre a pour mission de permettre à chacun de ses élèves soit de s’orienter vers une pratique musicale de qualité en amateur, soit de s’orienter vers des parcours musicaux plus professionnels pour ceux qui le souhaitent. Pour la session 2019, le jury d’examen se composait de Daniel Alogues (pédagogue, trompettiste et spécialiste du jazz), Jacques Cayla (responsable de l’école de musique de l’Espérance rignacoise), Bernard Costes (conseiller pédagogique musique de l’éducation nationale) et Didier Martinat (chef de musique de la Lyre decazevilloise), auquel l’école de musique leur adresse ses plus chaleureux remerciements.

NOTRE ALBUM PHOTOS